• 4ème de couverture :

    Les Mandy habitent de génération en génération la même maison en bois posée au bord des rails près de la gare Nyugati à Budapest. Le jeune Imre grandit dans un univers mélancolique de non-dits et de secrets où Staline est toujours tenu pour responsable des malheurs de la famille. Même après l'effondrement de l'URSS, qui fait entrer dans la vie d'Imre les sex-shops, une jeune Allemande et une certaine idée de l'Ouest et d'un bonheur qui n'est pas pour lui.
    Roman à la poétique singulière, tout en dégradés de lumière et de nostalgie, Sombre dimanche confirme le talent d'Alice Zeniter, révélée par Jusque dans nos bras.

     

    Mon avis :

    Je n'aurai jamais lu ce livre, si on ne me l'avais pas conseillé, je suis ravie de l'avoir lu, c'est un véritable coup de cœur.

    J'ai surtout aimé la façon d'écrire de l'auteur qui a une façon de raconter le présent de ses personnages et doucement arriver à leur passé. Les personnages sont spéciaux et attachants comme je les aime. 

     

    Ma note :

    5/5

     

     

     




     






  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :